Lamangwa

La culture manga

« Qui suis-je ? » : Biographie de Hayao Miyazaki

10 min read
qui suis-je image

Bonjour à tous et à toutes, j’espère que vous allez bien ? Je reviens vers vous en ce milieu de semaine, afin de vous transmettre les résultats du jeu participatif de la première édition de la chronique « Qui suis-je ? ». Vous y trouverez également une biographie détaillée, enrichie par des documentaires et autres contenus. Ainsi, j’espère que la lecture de cet article vous sera bénéfique et que vous aussi, vous en ressortirez gagnant en terme de connaissance !

Je vous souhaite une bonne lecture, et félicitations aux gagnants de cette première édition !

Les 5 gagnants du « Qui suis-je ? »

Pour rappel, « Qui suis-je ? » est une chronique basée sur la construction d’un récit biographique anonymisé. Après une première lecture, il est demandé de deviner, en fonction des éléments informatifs présents, de quel célèbre mangaka s’agit-il ? Ainsi, vous avez été nombreux à susciter un intérêt à cette première édition et je vous en remercie ! Les 5 gagnants de cette première édition du « Qui suis-je ? » sont les suivants :

Hayao Miyazaki : Premier artiste à l’honneur au cœur de la chronique « Qui suis-je ? »

La nouvelle chronique « Qui suis-je ? » a été créé pour tous les amateurs et curieux de l’univers nippon, et ceux qui souhaitent apprendre ou encore approfondir leurs connaissances autour des mangakas. Aujourd’hui, nous articulons ensemble un premier jet biographique détaillé d’Hayao Miyazaki, qui était la personnalité publique à découvrir dans la précédente édition. Ainsi, nous allons dès à présent nous atteler à la vie de ce dernier, mais aussi celle de son oeuvre, et les valeurs qui y sont véhiculées depuis ces dernières décennies.

Hayao Miyazaki est une personnalité publique forte de par sa grande notoriété à travers le monde. Aussi, comme chaque individu, il porte en lui un passé. Un passé difficile, qui aura façonné sa vie sous différents aspects. C’est pourquoi, il est également pertinent lorsque l’on parle de l’oeuvre d’un individu, de s’informer sur son passé, afin de comprendre de manière plus pointilleuse son oeuvre, ses influences, ses intérêts… ce qu’elle engage.

L’époque dans laquelle s’est construit psychiquement Hayao Miyazaki, était une période sombre, en proie aux complications politiques. Ainsi, cela soulève de potentielles raisons à son fervent antimilitarisme qu’il prône à travers ses œuvres. Aussi, quels sont les intentions de l’auteur ? Quels sont ses pensées politiques, ses idéologies… ? Ici, nous comprenons que l’art, à moins d’être un pur produit commercial, ne peut être neutre. Dès lors, si l’on considère la vie de l’auteur, son oeuvre est ressenti d’autant plus intensément. En effet, Mon voisin Totoro n’a pas la même présence artistique et philosophique lorsqu’on ignore le vécu du réalisateur. Ainsi, comprendre une oeuvre, c’est aussi comprendre son auteur et son message. A travers une oeuvre, il y a un choix, un désir, une envie… et aussi un don de soi de par le créateur.

Plusieurs documents seront à disposition sur cet article, afin de compléter la biographie de Hayao Miyazaki, je vous invite donc à les parcourir car ces derniers sont très intéressants et attractifs (documentaires, vidéo YT)…

Biographie de Hayao Miyazaki

Hayao Miyazaki (portrait)
Hayao Miyazaki (portrait)

Date, lieu de naissance

Hayao Miyazaki est né un jour d’hiver à Tokyo en l’an 1941. Il est issu d’une famille dite aisée. On qualifiait sa mère, comme étant une femme à forte personnalité. Son père (Katsuji Miyazaki) quant à lui, était notamment reconnu par son statut de directeur au sein de l’entreprise familiale Miyazaki Airplane. Hayao Miyazaki est alors le deuxième enfant d’une fratrie composée de quatre garçons.

Le contexte historique

Guerres, révoltes, régimes politiques

A cette époque, le Japon était marqué par les sévices de la guerre. L’Empire japonais visait à une politique expansionniste en Asie, et exécutait des invasions dans l’Est de la Chine. Les conflits territoriaux engendraient par l’Empire japonais, sous couvert d’un indépendantisme pan-asiatique, marqua profondément la jeunesse de ce dernier par la conséquence de ces actions. En effet, au début des années 1940, l’Empire japonais se rallia à l’Allemagne nazie et au royaume d’Italie, afin de faire front aux hostilités des pays occidentaux. Dès lors, à la naissance de notre jeune prodige en 1941, la Seconde Guerre Mondiale prenait place au Japon.

Bombardements à Tokyo

Les bombardements stratégiques sur le Japon débutèrent en juin 1944, et s’achevèrent en août 1945. Les raids aériens sont menés par les forces armées américaines, qui dévastèrent les principales villes du pays (ex. Tokyo qui fût bombardée sans relâche entre les mois de mars et mai 1945). Aujourd’hui, on estime que les bombardements tuèrent entre 241 000 et 900 000 individus, sans prendre en compte les bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki qui avoisinent les 500 000 morts.

bombardements à Tokyo
Bombardements à Tokyo

Le conflit s’achève en 1945, après les bombardements atomiques contraignant l’Empire du Japon à la capitulation. L’occupant américain impose alors la démocratisation du pays jusqu’en 1952 (fin de l’occupation). Le Japon devient alors l’une des principales puissances économiques mondiales, lui permettant d’exporter sa culture (soft power).

Maruyama Masao

Maruyama Masao (1914-1996) est un auteur politologue et historien de la philosophie. Après la guerre, il publia l’article suivant « Logique et psychologie de l’ultranationalisme«  :

« Maruyama Masao y analyse la structure politique et sociale du Japon qui s’est lancé dans une guerre dévastatrice et suicidaire. Son expression « le système de non-responsabilité » (musekinin no taikei) va devenir un des concepts clef de l’analyse de la société japonaise. Cet article a un écho énorme qui déborde largement le milieu intellectuel. C’est le moment où les Japonais cherchent ardemment la connaissance et la culture, jouissant de la nouvelle liberté de pensée et d’expression, malgré une grande pénurie quotidienne. »

Historiographie japonaise de la guerre de 1931 à 1945 : état des recherches jusqu’à nos jours, Miho Matsunuma.

Evénements familiaux

Enfance

A son quatrième printemps, la ville natale d’Hayao Miyazaki est bombardée. De fait, sa famille et lui-même se retrouve dans l’obligation de quitter leur habitat. Les effets dévastateurs de la guerre, impactera la manière d’être, de penser et d’agir de ce dernier ; sans compter la répétition violente des événements (guerre, occupation américaine, maladie) qui poussera le garçon à se retrouver dans trois établissements scolaires différents en l’espace de seulement six ans. De ces divers expériences, Il portera des valeurs dites « antimilitaristes » jusqu’à ces œuvres les plus connues, et s’exprimera sur ce sujet lors d’interviews.

Une vie : Hayao Miyazaki (documentaire BRUT)

Maladie

En 1947, la mère d’Hayao Miyazaki est diagnostiquée porteuse du mal de Pott, qui est une forme de tuberculose. Cette dernière reste alors alitée durant trois années consécutives à l’hôpital de la ville, puis cinq années dans la maison familiale ce qui affectera le jeune homme qu’il est en train de devenir. Il consacrera d’ailleurs l’une de ses œuvres majeure : Mon voisin Totoro, à la narration de cette intervalle. De plus, il est important de noter que la place de la femme au sein de l’oeuvre de Miyazaki est très proche de la vision émancipatrice que l’on pouvait octroyer à sa mère de part sa « forte personnalité ».

Etudes, influences et intérêts

Etudiant alors au lycée, Hayao Miyazaki y découvre le premier film d’animation en couleur, intitulé Le Serpent Blanc de Taiji Yabushita. On raconte que ce dernier tomba amoureux de l’héroïne principale et pleura toute la nuit durant. A la suite de cette rencontre fictive, le jeune homme s’intéressa davantage à cet univers, et et devint un grand amateur de Osamu Tezuka. Il consacra alors des journées entières à exercer ses talents de dessinateur, et à perfectionner ses croquis (généralement des avions). Néanmoins, ne réussissant guère la création de personnages, le jeune artiste pris par un élan de colère, brûla l’ensemble de ses croquis et dessins : signifiant par ailleurs, être bien trop imprégné du style de Tezuka pour se complaire dans la création. Or, il ne se doutait pas à cette époque, que ce premier effort, que cette première remise en question le pousserait a devenir l’un des plus grands de sa génération.

En 1962, Miyazaki achève ses études à Toyotama, et entre alors à l’université de Gakushûin. Il rejoint alors le club de littérature pour enfants à défaut, car il n’existait aucun club spécifique à la réalisation de manga. On note à plusieurs reprises, qu’Hayao Miyazaki est parfois le seul représentant du club de littéraire, mais son intérêt pour l’art et sa persévérance le conduiront à communiquer ses débuts à quelques maisons d’édition. En 1963, il obtient un diplôme en économie, et plus précisément spécialisée dans la « théorie de l’industrie japonaise ».

Profession : de ses débuts, jusqu’à la formation du groupe Ghibli

Ses études terminées, Hayao Miyazaki débute un emploi dans l’entreprise d’animation : Tôei Dôga (ancien nom de Tôei Animation). Après plusieurs mois d’apprentissage, ce dernier est nommé intervalliste ; Il collabore ainsi pour la première fois sur une oeuvre de l’animation nippone en 1963. Après cet événement, Hayao Miyazaki intègre l’équipe travaillant sur Ken, l’enfant-loup qui est la première série TV de la Tôei Dôga.

Hayao Miyazaki – Syndicat

Un an après son arrivée à la Tôei, de nombreux problèmes éclatent entre les syndicats et les dirigeants de l’entreprise. Miyazaki est alors chargé de défendre les revendications des animateurs, et devient en 1964 le secrétaire en chef du syndicat des employés, dont Isao Takahata est le vice-président. Il y rencontrera d’ailleurs sa femme, Akemi Ôta en 1965, et s’installe avec cette dernière quelques temps après.

C’est aussi à cette même époque que débute une grande amitié entre Hayao Miyazaki et Isao Takahata. L’année 1965 marque alors un tournant dans l’animation nippone de par cette rencontre, puis cette alliance professionnelle, dont de nombreux projets vont naître par la suite.

Hayao Miyazaki et Isao Takahata

En 1971, Hayao Miyazaki quitte la Tôei Doga et rejoint Isao Takahata et Yoichi Kotabe aux studios A-Pro. Le trio réalise alors plusieurs épisodes de la série Lupin III et notamment le court-métrage Panda petit panda. Deux années plus tard, le trio quitte les studios A-Pro pour Zuiyo Eizo (Nippon Animation) ; et c’est au sein de cet établissement qu’Hayao Miyazaki acquiert la possibilité de réaliser des films d’animation.

En 1979, Hayao Miyazaki rejoint la Tokyop Movie Shinsha ; et cette même année sort sa première oeuvre : Le Château de Cagliostro. Devenu depuis un classique, ce film représente une étape marquante dans la carrière de Miyazaki.

Nausicaä de la vallée du vent

Dans les années 80, Hayao Miyazaki discute de ses projets artistiques avec Suzuki, et notamment celui de Nausicaä de la Vallée du Vent. Suzuki le pousse alors à s’orienter vers des producteurs, mais malheureusement sans retour. Suzuki convaincu par le projet de Hayao Miyazaki, contacte Animage et leur propose la version manga de Nausicaä (dont H.Miyazaki mettra douze années avant de la terminer). Ayant un franc succès au près des lecteurs de Animage, la production du film de Nausicaä de la Vallée du Vent débute alors en 1983.

En mars 1984 la production du film s’achève et ce dernier remporte un grand succès. En 1985, le studio Ghibli, filiale de Tokuma Shoten, est fondé à Kichijôji et produit la prochaine réalisation de Miyazaki : Le château dans le ciel.

La face cachée de Miyazaki – BOLCHEGEEK

Œuvres artistiques

  • 1979 : Le Château de Cagliostro ;
  • 1984 : Nausicaä de la vallée du vent ;
  • 1986 : Le Château dans le ciel ;
  • 1988 : Mon voisin Totoro ;
  • 1989 : Kiki la petite sorcière ;
  • 1992 : Porco Rosso ;
  • 1997 : Princesse Mononoké ;
  • 2001 : Le Voyage de Chihiro ;
  • 2004 : Le Château ambulant ;
  • 2008 : Ponyo sur la falaise ;
  • 2013 : Le vent se lève.
Concert à l’occasion des 25 ans du Studio Ghibli

Bibliographie

Questionnaire

Quel est votre film d'animation nippon préféré ?

View Results

Loading ... Loading ...

Soutenez votre rédactrice sur uTip

9 thoughts on “« Qui suis-je ? » : Biographie de Hayao Miyazaki

  1. Oui, j’ai vu que les pubs n’étaient plus possible, c’est dommage :(. Je t’en prie c’est normal, et puis ça me fait plaisir 🙂

  2. Le château dans le ciel, je l’ai trouvé plus « magique » ^^

  3. Merci beaucoup :). Je ne te cache pas que ça été un exercice très difficile, mais je suis contente de vos retours !
    Ouais, le Bolchegeek a vraiment fait du bon travail sur cette vidéo (j’ai notamment bien aimé le passage où il compare le studio Ghibli à Walt Disney)
    J’adore Chihiro aussi. Il est très beau (Ils sont tous très beaux, j’ai envie de dire ahaha). Sinon merci pour ton passage sur Utip, mais désormais l’accès aux publicités n’est plus permises… J’ai vu que tu étais passés la dernière fois, merci beaucoup !

  4. Voilà un beau portrait du Miyazaki superbement bien écrit ! Il y a des choses que j’ignorais sur lui, du coup merci !
    (Oh une vidéo de Bolchegeek 😀 !). J’ai répondu Le voyage de Chihiro pour ma part =). Merci pour le lien ♥ (aller maintenant, je vais aller sur Utip !)

  5. C’est normal :).
    Je suis heureuse que tu aies apprécié alors, c’était un exercice plutôt difficile à réaliser !
    Merci à toi et à ta participation en tout cas, cela fait vraiment plaisir :).

  6. Merci beaucoup déjà pour le lien. Et surtout félicitations pour l’article j’ai adoré en grand fan de Miyazaki ! Vivement le prochain qui suis je !

  7. Super idée d’article ! 😮

    Bravo aux gagnants ^^

    Pour ma part, Le château dans le ciel et princesse mononoké sont à égalité ^^ mais bon j’ai du choisir après une très grande réfléxion ahah

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.