Lamangwa

La culture manga

Mon bien-aimé, Fullmetal Alchemist Brotherhood

3 min read
F.M.A Brotherhood est un miroir de nos sociétés, ce qui en fait un shonen d'exception !

Sommaire de l’article

Présentation de l’oeuvre

鋼の錬金術師 alias Fullmetal Alchemist, est un manga d’Hirmu Arakawa. Il est publié au Japon dans les années 2000. Afin d’étendre sa popularité, F.M.A a été adapté en une série d’animation, une première fois au Japon entre 2003 et 2005, puis une seconde fois en 2010 sous le nom de Fullmetal Alchemist Brotherhood. Cette dernière version a pour vocation d’être plus fidèle et respectueuse de l’oeuvre originale.

Synopsis :

Edward Elric et son frère Alphonse Elric sont de jeunes Alchimistes. En tentant de ramener leur mère à la vie, ils ont payé un lourd tribut, et ils tentent désormais de récupérer ce qu’ils ont perdu. Pour cela, Edward est devenu Alchimiste d’État : le Fullmetal Alchemist. Mais au cours de leurs recherches, bien des épreuves attendent les deux frères et des êtres étranges : les Homonculus, les poursuivent.

Rétrospective des 5 openings de Fullmetal Alchemist Brotherhood

Fullmetal Alchemist Brotherhood, un miroir sur nos sociétés

Je fis ma rencontre avec les frères Elric, il y a désormais plusieurs années. Or, c’est toujours avec autant d’engouement que j’évoque cette oeuvre. En effet, F.M.A Brotherhood, c’est avant-tout une bonne histoire, de l’action et de la poésie philosophique.

L’histoire de F.M.A Brotherhood, nous révèle un monde désenchanté, face à une réalité dictatoriale des mœurs et des diverses idéologies d’oppositions. Aussi, nous pouvons affirmer la performance d’Hirmu Arakawa, qui de part l’expression d’une métaphorisation large de notre monde, substitut une appropriation pour toute culture. Ainsi, cet auteur a su nous amener à une réflexion propre, appelant dès lors à la responsabilisation et l’émancipation intellectuelle de chacun.

Références : ShoahLe peuple autochtone des Aïnous.

De plus, il est important de noter que la quête principale de nos deux héros est en parfaite corrélation avec les histoires annexes, accentuant ainsi les traits de caractère et l’évolution des personnages. De ce fait, nous comprenons mieux les réactions, et les arguments portés par les protagonistes tout au long de la série.

Aussi, de nombreux arcs nous sont présentés, soulevant des interrogations existentielles – exemple : le deuil, l’amour- et/ou actuelles – exemple : les limites de la science -.

Autres références : Le décès Hughes, la vengeance de Mustang et les Homunculus.

Un shonen pas comme les autres

De toute évidence, l’histoire tragique des frères Elric, se démarque des autres shonen, de part sa philosophie causale, tout acte à ses conséquences ; mais aussi de part la valorisation des échecs, qui peuvent s’avérer être une source d’enseignement pour les protagonistes principaux. L’échec ici, est plus fort que la réussite, puisqu’il peut permettre de grandir et de transcender moralement un individu ; Nous responsabilisant dès lors vis-à-vis de nous-mêmes et des autres. Aussi, il est important de notifier que F.M.A Brotherhood ne comporte pas de grand méchant et ne se livre pas à la simplicité de manichéisme. Bien au contraire, il nous livre un monde gris, qui dépeint l’amertume et l’ambivalence des protagonistes.

Réf. Scar

Fullmetal Alchemist Brotherhood, enracine son récit à travers la notion de l’échange équivalent, à savoir :

L’humanité ne peut rien obtenir, sans donner quelque chose en échange. Pour chaque chose reçue, il faut en donner une autre de même valeur. En alchimie c’est la loi fondamentale de l’échange équivalent. A cette époque, nous pensions que c’était la seule et unique vérité au monde ; Nous nous trompions, mais il a fallu céder quelque chose pour l’apprendre.

Les frères Elric
Bande-son originale de Fullmetal Alchemist Brotherhood

Je vous remercie pour votre lecture,

A bientôt !

10 thoughts on “Mon bien-aimé, Fullmetal Alchemist Brotherhood

  1. C’est gentil. Je n’ai pas de demande particulière sauf si ce n’est de savoir si mon blog est jolie ou non ^^’, j’aimerais bien avoir des sliders comme tu les as mais ça me paraît compliqué ^^

  2. J’ai beaucoup codé au départ (mais je passais des heures et des heures et en + ça ne marchait pas toujours…)
    Finalement, comme je savais que j’étais très motivée et que j’avais envie de réellement m’investir dans ce que je faisais, je me suis dit : bon pourquoi pas après tout. 🙂
    Après, ça facilite vraiment la vie je trouve.


    Après, je peux toujours te donner conseils sur deux trois trucs si tu as besoin.
    Tu aimerais faire quoi principalement ?

  3. Ah, donc tu as pris un offre pour pouvoir t’offrir les extensions ? ^^ parce que moi c’est payant hihi, du coup j’ai pas grand choix ^^

  4. Merci, c’est vraiment gentil :).
    Eh bien, j’ai choisi un template, puis j’ai ajouté des widgets + extensions (un bon travail de 5heures env. ahaha – je voulais absolument avoir un effet type magazine japonais mais en le gardant personnalisé)

  5. Ton blog est énorme et magnifique. C’est un template ou c’est toi-même qui a tout codé ? 😮

  6. Oui, tu as raison – je pense que F.M.A peut être considéré comme un intemporel :). Bonne soirée à toi.

  7. J’ai fais deux années de philosophie, avant de me rediriger dans le social – c’est peut-être pour ça, le côté cours de philo ahaha :).
    En tout cas, je te remercie pour le compliment !

  8. Wouaw! Ton article et super-dense et super-profond, j’ai l’impression de lire un de mes cours de philo (c’est un compliment, je te rassure)!
    Bref, j’avoue que c’est un anime qui m’a fait pas mal réfléchir, peut-être même un des seuls qui l’ait fait autant. Je trouve qu’il n’a pas pris une ride depuis, et c’est toujours aussi agréable de lire un article qui liste les qualités de cet anime avec autant de justesse.

  9. Oui, la rédaction était quelque peu difficile, car il y a tellement de choses à aborder !
    Ta remarque est très juste :).
    Merci !

  10. Tu en as bien parlé. J’adore ce Shonen et surtout cette version, la fin de celle de 2009 euh….
    Hiromu Hirakawa a frappé fort avec ce Shonen ! Comme tu le dis, pas de manichéisme, beaucoup d’émotions, de réflexions et questions existentielles.
    Le prisme de la cruauté qui s’inverse aussi : Scar qui se venge ne le fait pas par plaisir, les militaires qui ont assassinés tant de gens n’ont pas eu d’autres choix aussi. Trouver forcément qui est le monstre parmi eux, sera une touche de subjectivité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.